Ecole des Terres Rouges

Siège social :

4, impasse des Vaux du Bois

91150 Brières les Scellés

 

Mel : ecoledesterresrouges@free.fr

 

Tel : 06.06.43.53.50.

 

Cancer du sein : le tai ji réduit les insomnies

 

par Antoine Costa

L’art martial chinois serait efficace chez presque la moitié des survivantes de cancer du sein qui souffrent de troubles du sommeil.

 

 

Près d’un tiers des patientes touchées par un cancer du sein et en rémission souffrent toujours d’insomnies. Les perturbations du sommeil ont été associées à des risques accrus de développer plusieurs cancers (sein, côlon, prostate). La stabilisation du cycle circadien est donc un facteur important dans la rémission des patientes.

Et d’après les résultats d’un groupe de chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), publiés dans le Journal of Clinical Oncology, la pratique du tai chi permettrait de réduire les insomnies chez presque la moitié (47 %) des patientes. Elles disparaîtraient même chez plus d’un tiers d’entre elles (38 %), à long terme. Lire la suite : Pourquoi docteur, 15 mai 2017

Douleurs articulaires : les nouvelles approches

par Hélène Joubert

Une fois de plus, le Tai ji est enfin reconnu.

 

Il a été montré que le tai chi améliorait l’état des muscles, des tendons, l’environnement global de l’articulation. Il agit sur la raideur musculaire et tendineuse, l’ankylose (diminution de la mobilité) et dans un second temps, sur la douleur.

« Dans les douleurs articulaires, ça n’est pas parce que la douleur est plus forte que le dommage articulaire est plus grave. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à pratiquer une activité physique. L’articulation est faite pour bouger, c’est un tissu qui supporte le mouvement, bien sûr adapté à son état de détérioration. L’avantage des activités comme le Tai Chi est qu’elles peuvent être pratiquées par tous, à tout âge, améliorent la fonction, sans traumatiser les muscles ni les articulations ».

Lire l'article complet sur e-sante.fr, 08 octobre 2015

 

Qi  Qong et Tai Ji comme anti-stress

 

d'après Carole Serrat

Carole Serrat est sophrologue, experte bien-être au magazine "Top Santé" et spécialiste du stress. Aujourd'hui, elle nous fait découvrir ces disciplines qui viennent d'Asie et qui fortifient le corps et l'esprit.

 

 

Ces disciplines asiatiques que sont le chi-gong et le tai-chi connaissent de plus en plus de succès car elles aident à se maintenir en forme, tout en luttant contre le stress et l'anxiété qui sont des facteurs de vieillissement.

 Une étude dans le British journal of sport médecine montre l'efficacité du tai-chi et du chi-gong sur l'amélioration du bien-être mental. Lire l'article complet sur France-Info

Tai chi : un art martial qui soulage les douleurs

par Ambre Amias

Une nouvelle étude confirme les bienfaits du Tai Chi chez les seniors, notamment pour ceux qui sont atteints d'arthrose ou de maladies chroniques.

 

 

Et si pour soigner la douleur, les personnes atteintes de maladies chroniques et d'arthrose se mettaient au Tai Chi ? C'est ce que suggère une dernière étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine. qui conseille ce sport aux personnes de 50 à 75 ans qui en souffrent. Lire la suite : Pourquoi Docteur, 18 septembre 2015

 

 

Le TAi Ji attend son inscription au Patrimoine Mondial de l'Humanité !

 

par Jacques Deveaux

 

 

 

Affaire à suivre sur GeopolisFTV, le 31 mars 2017

Le tai ji, une activité idéale contre les insuffisances cardiaques

 

par Claire Peltier

Lenteur, renforcement et soin du corps, harmonie intérieure...

 

 

Le tai-chi, cet art martial ancestral conçu pour développer le corps et l'esprit, permettrait d'améliorer la qualité de vie et le bien-être des personnes souffrant d'insuffisance cardiaque.

​Pour le corps comme pour l'esprit des personnes âgées, quoi de mieux que les mouvements lents et précis du tai-chi ? Cet art martial ancestral originaire de Chine de plus en plus répandu dans les pays occidentaux serait également le sport idéal pour les patients souffrant d'insuffisance cardiaque chronique, privés d'activité physique, en améliorant leur qualité de vie et leur bien-être. Lire l'article complet sur Futura, le 28 avril 2011